50 milliards de francs CFA ! C’est la somme inutilement dépensée par le gouvernement sénégalais pour confectionner des cartes d’identité en vue des élections législatives du 30 juillet 2017. C’est aussi la somme qu’il faut pour construire en France 30 résidences étudiantes en 10  ans. Après avoir déconseillé le bail meublé-étudiant aux étudiants africains en France, j’émets des suggestions pour inviter les gouvernements africains à prendre sérieusement en mains les difficultés de logement auxquelles sont confrontés ces étudiants.  En attendant que leurs gouvernements se bougent utilement,  je leur donne des conseils pour défendre les droits qui leurs sont reconnus par la loi française en tant que locataires.

Les gouvernements africains doivent et peuvent résoudre la question de la précarité du logement de leurs étudiants en France.

Avec un loyer net de 350 euros par mois, ces 15 résidences construites en France permettraient d’acquérir 15 autres résidences au bout de 10 ans : l’investissement offrirait ainsi une capacité totale d’hébergement de 3 000 étudiants. On ne peut pas dire que les gouvernements africains n’ont pas les moyens de d’assumer l’hébergement de leurs étudiants en France. Il suffit d’assainir les finances publiques, de traquer et réinjecter dans les caisses de l’Etat les milliards détournés, et d’oser investir. A supposer, même, que ces Etats n’ont pas d’argent pour s’occuper du logement de leurs étudiants, il existe des dispositifs juridico-financiers leur permettant d’acquérir des biens immobiliers à louer à leurs étudiants, et à les amortir dans 15 à 20 ans.
Il en est ainsi du Partenariat Public Privé (PPP) qu’ils aiment bien utiliser pour privatiser leurs services publics au profit d’investisseurs étrangers comme Eiffage ou Total. Avec la combinaison PPP/baux amphithéâtriques, les gouvernements africains peuvent construire des résidences pour leurs étudiants en France,  sans débourser un Franc CFA. Mieux, sans transférer la maîtrise d’ouvrage, ces gouvernements peuvent, individuellement ou par un projet commun, construire en France des logements étudiants avec le dispositif du prêt locatif social. Ce prêt,  dédié à la construction de logements pour les étudiants, peut couvrir jusqu’à 100% de leur prix de revient TTC. Les logements bénéficieront du conventionnement de l’Etat français, et les étudiants y auront droit à l’APL (Aide personnalisée au logement). Avec une TVA spécialement réduite à 5,5% et une exonération de taxe foncière pendant 25 ans, le loyer modéré des étudiants remboursera le crédit sur 15 ans. Là aussi, aucun franc CFA à débourser. Il faut juste mettre fin au laxisme, et arrêter de se faire dicter ce qui est bon pour nos étudiants, par des organismes comme Campus France.
Aliou Tall
Alors que pensez-vous de l’article?
Pour lire le reste de l’article veuillez cliquer sur le lien ci-dessous

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s